Alès et ses environs

mardi 15 octobre 2013

Programme du séjour à Alès

Mercredi 03 juillet

Voyage au fond de la mine témoin d’Alès
Ouvrage d’art minier unique en France, la mine fût, de 1945 à 1968, un centre de formation où plusieurs générations d’apprentis mineurs se sont succédés pour apprendre leur futur métier. Ces galeries, ouvertes au public depuis 1985 ont été creusées par ces jeunes, âgés de 14 à 16 ans.
Elle se veut aujourd’hui un lieu de mémoire social et industriel. Sainte-Barbe est la patronne des mineurs.
La guide nous a parlé de deux expressions :
1 « Ici, l’on gagne l’or ou la mort »
2 « Rester sur le carreau »vient d’un mineur de fond qui ne voulait pas remonter à la surface.

Le soir, nous avons visité le marché d’Alès en compagnie du GEM d’Ales. Un spectacle gratuit nous est offert, très diversifié (mimes, chansons).

Jeudi 04 juillet

Un groupe de randonneurs s’est constitué et les autres ont fait du canoë. Ce parcours a été semé d’embûches pour certaines, qui sont arrivées à bon port, au Pont du Gard.

L’historique du Pont du Gard :
Il fût construit par les Romains vers l’an 50 après J.C. Sous le règne d’Auguste.
Il enjambe la vallée du Gardon. Il est haut de 49 mètres, long de 272 mètres, large de 6 mètres à l’étage inférieur, de 3 mètres à l’étage supérieur.

Vendredi 05 juillet

Visite guidée de la bambouseraie d’Anduze
L’arbre qui a vaincu le temps tel le phénix
Arbre aux 100 écus
Le doyen des arbres (sur la Terre depuis 250 millions d’années)
Epopée de Gilgamesh, Poème de Baal et d’Anal
Que vers moi tes pas accourent
Que vers moi tes enjambées s’allongent
Car j’ai quelque chose à te dire,
Une parole à te communiquer,
La parole de l’arbre
Et le chuchotement de la pierre...
Une parole que les hommes ne connaissent pas
Et que les multitudes de la Terre ne comprennent pas"
Goethe, déjà vieux, en 1815, dédia à une très jeune et très tendre amie, Marianne Von Willemer, un poème sur le Gingko bilboa (Heidelberg, 27 Septembre 1815)


Navigation

Articles de la rubrique