En Lozère les 7/8/9 juillet

 juillet 2014

Il est près de onze heures quand le vrombissement impressionnant de notre fourgon déchire le silence de la cité encore endormie.
Sept gémiens ; trois garçons et quatre filles encadrés par deux animatrices sont de la fête.
En première ligne, Rabia, pilote officiel du gem est au volant .
Sous l’œil sans faille de Lisa qui veille scrupuleusement au bon déroulement du plan d’exécution du séjour qu’elles ont longuement peaufiné avant le départ et de Louis co-pilote agréé du gem qui distribue ses instructions à la vitesse d’un robot mixeur
c’est qu’il faut l’entendre notre bon Louis :
tourne à gauche,tourne à droite,passe la deuxième, c’est trop juste, « attention , il y a un lapin qui traverse ! » 
La première séquence du trajet sur autoroute entrecoupée d’un pique nique convivial ne sera qu’une formalité.
Nous reprenons la route la peau du ventre bien tendue et des rêves plein la tête.. Lentement le ciel bleu du littoral fait place à un ciel menaçant puis à une bruine qui ne nous quittera plus jusqu’à notre retour.
Peu importe.Ce ne sont pas neuf individus réunis pour la circonstance qui voyagent ensemble mais un groupe solidaire cimenté par la fragilité et dont la chaleur humaine qui règne entre eux a vite raison des pointes de mélancolie aigüe individuelle
Maintenant nous sommes sur les routes de campagne.
Ca monte , ça descend et ça tourne sans arrêt. On ne compte plus en Km mais en temps.
En surcharge et un tantinet poussif, notre fourgon montre vite ses limites dans les ascensions. Aucun problème, Rabia connaît la technique.Le pied traversant le plancher, elle fonce à tombeau ouvert dans les descentes. Le moteur hurle bruyamment sa douleur dans un râle mortifère. On se croirait dans un boeing 747 sur la piste d’envol à deux cents KMh. La carrosserie tremble d’inquiétude tandis que nous faisons la nique aux routiers médusés. Hilares, ils nous repassent dans les montées que nous gravissons comme des escargots de retour de sortie après une averse.
Sur notre route, nous visitons la Canourgue.Village typique d’architecture caussenarde , déployé circulairement autour d’étroites ruelles aux maisons hautes avec encorbellement et colombages, fenêtres petit bois mansardées, toit de lauze bâtit en pierres de taille apparente. Une cathédrale de notoriété !
Des enseignes rouillées placées en hauteur identifient la spécialité des échoppes.
A tous les niveaux on ressent déjà une impression d’espace et de tranquillité et une faible densité d’habitation.
Dans la campagne vallonnée, des espaces verts dominants, des forêts et des lacs. Les villages se succèdent séparés d’une dizaine de kms les uns des autres.
Malgré toute notre vigilance, Dans la hâte d’arriver, nous loupons la dérivation de Ribennes et parcourons une vingtaine de kms supplémentaires. Il faut préciser à notre décharge que Ribennes apparaît en signalétique à seulement quatre KM de l’arrivée.
Enfin nous atteignons notre destination.. Le froid est saisissant. Il bruine toujours.
Le temps de s’installer confortablement à raison d’un chalet pour trois, de manger un morceau il n’est pas loin de dix heure du soir quand nous quittons la table.
Deuxième jour ; rencontre et déjeuner avec le gem de Marvejols, soirée au restaurant..
Avant le départ, je prends quand même le temps d’admirer notre environnement immédiat. Nos chalets dominent le lac de Ganivet dont les eaux reposent dans un magnifique écrin de verdure que dessine une sorte de cirque naturel. Des sapins jettent leurs cimes dans le ciel tandis que des sentiers serpentent entre une consécration de vallons fréquentés par des chaos de roche. Mieux que l’imagination la plus fertile aurait pu l’imaginer, la coexistence harmonieuse des divers éléments confère à ce site un caractère solennel propice à se retrouver intimement dans la richesse du silence
Au moment de monter dans le fourgon nous sommes dans l’impossibilité de fermer la porte latérale qui reste désespérément ouverte.
Qu’à cela ne tienne Lisa sacrifiera sa ceinture que nous attacherons après la porte puis la passerons au dessus du siège avant et sur l’épaule de Louis qui va la tenir ainsi durant les vingt KM du trajet tandis que Fatma et moi la cramponnerons comme nous le pouvons pour qu’elle reste plaquée contre la carrosserie. Rabia conduit en douceur à trente KMH. Cela nous donne au moins le temps d’admirer le paysage !
A Marvejols , jamais paniquée, elle trouvera le bon garage.

Nos amis du gem de Marvejols Odette ,Samuel, Jérome, Vatanael, Fabien etc. nous accueillent avec enthousiasme et générosité.
Un repas excellent, des jeux, de la guitare, des bavardages à foison ,une complicité totale consomment le temps à une vitesse record.
Avant de les quitter, Nous les invitons au gem Lesseps.

Après un tour dans Marvejols, nous revenons à notre port d’attache le temps de se faire beaux et belles et de repartir en soirée au restaurant.

Comme nous avons été raisonnable budgétairement jusqu’ici, nous nous offrons un menu de rang supérieur à la prévision et tout le monde ne videra pas son assiette.tant c’est copieux C’est l’occasion de découvrir et d’apprécier les spécialités du pays mais aussi la qualité de l’accueil du restaurateur chaleureux, communicatif, sans manière et toujours disponible.

Le retour
Au passage nous visiterons « Utopix » sur les hauts plateaux, pur produit de l’imagination d’un couple de Parisiens désireux de vivre en marge du monde moderne..Au passage, nous nous attardons sur le site du viaduc de Millau que nous glorifierons en chantant « O SOL ET MIO »
Insensiblement nous retrouvons le soleil du littoral mais aussi les embouteillages, et la saturation sous toutes ses formes de vie citadine.

Conclusion :
Que du bonheur malgré une météo pourrie mais.... trop court ,trop court ! L’unanimité aurait souhaité un jour de plus consacré à des visites. Nous n’avons même pas eu le temps de voir Ribennes.
Merci à nos animatrices qui pour une première se sont montrées à la hauteur.
Il n’est point de séjour qui ne nous apprenne rien sur nous même et les autres.

Yves


Portfolio

JPEG - 85.5 ko Séjour Lozère 2014 Séjour Lozère 2014 JPEG - 1.4 Mo JPEG - 1.4 Mo

Navigation

Articles de la rubrique