Magie de Noël

lundi 27 janvier 2014

La plupart des gens attendent avec impatience le fêtes de Noël qui s’approchent à grand pas .
Les centres ville, se transforment petit à petit, en paysages féeriques, en îlot de lumière .
Les marchés de Noël attirent beaucoup de monde, il y a dans l’air un parfum de marrons grillés, de vin chaud. Cette atmosphère d’ allégresse fait oublier un peu tous les soucis.
Dans cette fantasmagorie de couleurs, de parfums, je ne pas m’empêcher de regarder autour de moi avec le même regard de quand j’étais une jeune adolescente.
Dan ma famille on préparait la fête de Noël la veille . Ma mère commençait a l’aube a cuire le chapon sur un poêle à bois qui trônait dans la cuisine, puis, plus tard, prises d’une grande frénésie, le quatre femmes de la maison, ma mère et nous les trois filles on s’employait à la décoration de l’arbre de Noël.
Mon père et le chat nous regardaient, l’un en souriant, l’autre certainement dans l’attente de pouvoir jouer avec tous les objets éparpillés par terre.
Les boules multi couleurs étaient placé avec soins à coté des mandarines et des figurines en chocolat, des guirlandes étincelantes couronnaient le tout, pour finir on plaçait des flocons de coton en guise de neige.
Puis on mettait en place la crèche que à fur et mesure que le temps passait elle devenait toujours un peu plus importante. On faisait des scénettes, on ajoutait de la mousse, des chemins des cours d’eau une vrais crèche provençale, mais italienne.
Mais le plus grand cadeau que l’ont pouvait avoir ce soir là, c’était que souvent le soir de la veille de Noël de gros flocons tombaient et que petit à petit, toute la ville était recouverte de blanc.
Alors mes sœurs, moi et le chat, on sortait dans la court en cherchant in vain de modérer notre joie, pour faire des empreintes fraîches sur ce tapis immaculé. Le chat lui sautait comme un cabri sur la neige. Puis on allait finalement se coucher, mais on arrivait pas a s’endormir tellement que nous étions excitées.
Ma mère, on l’as jamais vue le faire, déposait le cadeaux coté du sapin que on retrouvait le matin.
Avec les yeux qui brillaient autant que les boule de cet arbre magnifique, on ouvrait les paquets, mes parents nous avaient comblé encore un e fois.
Ces instants magiques en famille, me chauffent encore le cœur aujourd’hui, et même si mes parents ne sont plus là, si la famille est disloqué , je n’oublierai jamais ces moments heureux, ces rires, ces parfums, cet amour que sans un mot nous unissait.
A chaque Noël, cette magie se renouvelle, car les souvenirs resterons pour toujours.
Mon père et ma mère sont là avec moi , dans mon cœur, sans y être en personne.

Yolanda


Navigation